• Vous précisez vos conditions d'accueil ici
  • Nous vous proposons d’échanger avec des jeunes de confiance que nous avons sélectionnés pour vous.
  • Vous choisissez celui avec lequel vous souhaitez cohabiter .
  • Nous générons le contrat de cohabitation et vous accompagnons tout au long du séjour du jeune

Pour bénéficier d’un complément de retraite, de menus services le jour, d'une présence rassurante la nuit et de lien social dynamisant avec un jeune auquel vous transmettrez beaucoup et dont vous apprendrez tout autant.

Non, l'inscription est gratuite

La seule condition est d’avoir une chambre individuelle disponible d’au moins 9 m², qui sera mise à la disposition exclusive du jeune.

Oui, sans avoir besoin de l’accord de votre bailleur ou propriétaire, dans le parc privé comme dans le parc social.

Nous échangeons avec tous les jeunes qui souhaitent rejoindre la communauté Homiz et vérifions soigneusement leur profil et leurs motivations. Nous sélectionnons ensuite ceux susceptibles de vous correspondre et vous envoyons leurs présentations écrite et/ou vidéo. Si vous trouvez un profil intéressant, nous organisons un appel vidéo pour vous permettre de faire connaissance et de choisir si vous souhaitez cohabiter ou non.

Oui. En échange de l’hébergement, vous pouvez demander à votre invité soit des petits services, soit une contrepartie financière garantie par Homiz, soit un mix des deux.

Ces services, qui ne dépasseront pas 5 heures par semaine, peuvent être de l’aide informatique, l’apprentissage d’une langue ou d’un art, la préparation de repas, quelques courses à faire, un peu de ménage, ou bien l’accompagnement à des rendez-vous.

Non, les contreparties financières versées par le jeune ne sont pas imposables.

Seulement avec votre accord.

Héberger un jeune ne nécessite pas d’assurance supplémentaire à votre assurance habitation-responsabilité civile classique.

Si vous avez essayé en vain d’avoir un dialogue apaisé avec lui, nous tiendrons un rôle de conciliateur, vérifierons le respect du contrat de cohabitation et tenterons de trouver une solution à l’amiable. Si la mésentente persiste malgré tout, vous pourrez demander au jeune de partir en respectant un préavis d’un mois.